Faire un site de CP qui tienne la route en 2015

Préambule : les sites de CP, c’est mal. Ne faites pas de sites de CP. Ne publiez pas de liens vers vos sites depuis des sites de CP. Ne faites pas de liens. Ne faites pas de SEO.

Ceci étant dit, si vous tenez absolument à faire un « site de CP », je vous invite à lire cet article sans prétention qui vous expose ma vision personnelle sur la bonne façon de créer un site de communiqué de presse dédié au SEO en 2015.

Cet article est une resucée d’un post que j’ai publié sur le forum rankseo. Son taux de similarité n’est pas encore au top mais je compte sur le fait que les commentaires et réponses vont faire évoluer les deux contenus séparément pour que ça s’améliore :

similarité

Petite histoire personnelle des sites de CP

J’ai mis sur pied mon premier site de « communiqué de presse » en 2007 quand c’était encore l’époque magique de la foire au liens. En ce temps-là, on n’avait pas forcément besoin de penser pour ranker.

invasion-en-masseUne des stratégies qui marchait bien était de publier des articles vantant le site cible ou ses produits sur des faux sites de communiqués de presse, qu’on appelle aujourd’hui dans le métier « sites de CP ».

Evidemment, on bourrait cet article de liens optimisés vers le site qu’on voulait positionner.

On pouvait presque tout faire : texte dupliqué, content spinning, ancres sur-optimisées, textes courts et peu intéressants mais truffés de liens vers le même site.. Seule la modération (quand elle existait) du propriétaire du site nous freinait car Google n’opposait qu’une faible résistance.

Tout cela produisait des sites de communiqués de presse bidons contenant des centaines d’articles parfois aussi insipides que du lait pasteurisé et contenant une horde de liens sortants optimisés vers des moneysites en mal d’amour.

Certes, certains étaient déjà plus propres ou plus discrets mais ça ne les a pas forcément empêchés de se faire dessouder au karcher par l’ami Google.

Bref, ce premier site a très vite été populaire et, à un moment, il devait y avoir plus de 200 participants et quelque chose comme 5000 articles publiés.

Bien évidemment, quand notre pote, le gros Google a décidé de sonner la fin de la récrée et s’est mis à pénaliser en masse les sites de communiqués de presse conçus pour faire du netlinking, mon site s’est fait shooter. Qu’il repose en paix.

Pourquoi les sites de CP ne sont pas morts pour de vrai

Dans la guerre psychologique que mène Google contre les référenceurs, il faut aller au-delà de ce qu’on nous raconte et se baser sur les faits plutôt que sur les on-dit.

Certains ont démontré en 2012 que les sites de CP pénalisés pouvaient encore envoyer du jus et permettaient même de faire ranker le site cible à qui ils envoyaient des backlinks.

Il faudrait peut-être refaire ces tests aujourd’hui. Mais une chose est sûre, les sites de CP ne sont même pas morts.

meme-pas-mort

Pourquoi ? Parce que faire des liens au sein d’articles parlant de la même thématique que le site cible est toujours une technique qui marche. Et que pour les robots de Google un site de CP peut ressembler beaucoup à un blog ou un site de contenus « normal ».

Toute la question est là : comment faire en sorte que mon site de CP puisse avoir suffisamment l’air d’un site banal pour que je puisse y placer mes liens en toute innocence ?

Car ce qui fonctionne vraiment c’est que nos sites de CP tiennent la route sur le moyen long terme, qu’on ne doive sans cesse les mettre à la poubelle sitôt qu’ils sont repérés et/ou pénalisés et sans cesse devoir nettoyer/reconstruire ses liens.

Et, au final, ce qui compte aujourd’hui pour moi pour avoir un site de CP efficace, c’est qu’il puisse DURER. Qu’il ne se fasse pas flinguer au premier prout de Google et que je ne perde pas mon temps à cracher des articles et des liens qui seront cramés au prochain épisode de Games of Cron.

Où j’accouche enfin de ma liste de guidelines

paranoidCette liste est ma tentative d’énumération de ce qu’il me semble important de respecter pour créer un site de CP qui dure et serve à autre chose qu’à satisfaire son ego de référenceur.

Je ne respecte moi-même pas toujours tout, mais j’essaie d’avoir ça en tête quand je veux créer un site du genre ou quand je me demande si je dois capitaliser sur un site de CP où j’ai un compte.

Tenez-vous à la rambarde.

  • Ne pas labelliser son site « site de communiqué de presse » ou encore « site de publication d’articles ». Ne pas non plus indiquer qu’on peut y publier des articles pour son SEO ou en échange de liens.
    Si c’est ce que vous avez en tête, pourquoi ne pas simplement envoyer un email à la webspam team pour leur dire que vous sortez un site ?

  • Essayer d’avoir un concept et/ou se spécialiser sur une thématique particulière. Un site généraliste qui aborde de façon décousue une multitude de sujets divers et variés est toujours un peu louche.

  • Faire un site anonyme. Ne pas mettre son nom dans le whois. En tant que référenceur, tout site qu’on peut sortir est par nature suspect.

  • Ne pas héberger tous ses sites de CP au même endroit.
     
  • Ne jamais communiquer l’url de son site sur un forum SEO. Jamais.
     
  • Ne pas inscrire votre précieux site dans des listes de sites de communiqués de presse.
    Si on checke une liste de 2013 par exemple qu’on regarde ceux qui sont toujours debouts, on n’en trouve pas beaucoup. Demandez-vous donc pourquoi !

    Bémol : il existe des listes privées comme la fameuse liste de Boost Bookmark qui devraient protéger un peu plus les sites qui y sont mentionnés.

  • Donner des backlinks à votre site de CP. Ca semble le minimum vital qu’un site doive envoyer du jus ait lui-même un peu de poids. Et penser aussi qu’un site qui fait des liens sortants au kilomètre et n’a lui-même aucun lien entrant est fondamentalement louche.

  • Publier des « articles à blanc », des articles qui n’ont aucun lien sortant. Vous trouvez ça naturel un site web qui systématiquement, dans chacun de ses articles fait des liens vers d’autres sites ?

  • Dans le même ordre d’idée, imposer de règles strictes qui contribueraient à créer une sorte de profil d’article me semble une mauvaise idée. Que penser d’un site où chaque article fait systématiquement 3 liens sortants ou un lien vers wikipedia ?

  • Mettre en place des liens internes. 200 articles sur un site et pas un seul lien interne d’un article vers un autre ? Est-ce bien sérieux ?

  • Faire en sorte que ses articles soient partagés sur les réseaux sociaux. C’est clairement plus naturel. Et le top serait d’avoir une page facebook, un compte twitter et tout ce qui va bien pour justifier d’une présence sociale même minimaliste.

  • Ouvrir trop de comptes auteurs présente un risque à moyen terme : celui que votre site devienne un gros boxon ingérable.

  • Surveiller ses liens entrants. Certains petits malins s’amusent encore à blaster leurs articles.

  • Ne pas laisser tomber son site de CP au bout de 6 mois. Quoi de plus frustrant pour vos contributeurs d’attendre de devoir vous relancer pour la validation de leurs articles ou encore de constater qu’au bout de deux ans, il n’y a que huit articles et demi sur votre site donc 5 du même auteur.

    Donc ne pas non plus se lancer à la légère. C’est un investissement.

  • Obliger les contributeurs à afficher un profil avec leur vraie identité me semble dangereux. Un site où tous les rédacteurs sont dans le milieu du SEO est plus susceptible que la moyenne de se faire démonter.

  • Tendance de fond depuis Penguin : avoir trop d’ancres optimisées est dangereux. Un site ayant trop d’ancres optimisées dans ses liens sortants est donc aussi sur la sellette en tant que participant d’un système de liens.

  • Un site parlant toujours des mêmes sites (comprenant faisant toujours de liens vers les mêmes sites) est très très suspect. Enfin sauf si vous parlez toujours d’Apple.

  • Faire en sorte qu’un article ne pointe pas tous ses liens sortants vers un seul site cible est une mesure de santé publique. Le contraire est un flag trop évident.

  • Etre patient et miser sur la discrétion.

    Au final, que voulez vous ? Un site de CP ultra connu sur lequel tout le monde publie, rempli à craquer d’articles et de liens et qui vous fasse gagner 4 cacahuètes avec adsense ? ou bien un site qui soit encore là dans 5 ans et serve votre stratégie de netlinking ?

    Moi je vote clairement pour la deuxième option. Et vous ?

Commentaires, critiques, suggestions de critères sont hyper bienvenus.

Et si vous avez un site qui répond à tous ces critères, contactez-moi sur le formulaire de contact que je n’ai toujours pas installé, j’ai du contenu pour vous.

6 Commentaires

  1. Un mec de Rennes

    Il est bien évident que plus on va faire ressembler son site a un vrai site et moins GG saura nous détecter.
    Quand on y pense, on se foutait un peu du monde quand on parle de « naturel » et finalement, quelques années plus tard, Google a plus ou moins réussi à nous imposer ce côté faussement naturel. On peur au moins lui accordé ça !

  2. Jarvik

    Le mieux étant de faire carrément un vrai site mais c’est pas donné à tout le monde.

    Et non le référencement naturel n’a rien de naturel. Aujourd’hui encore.

  3. Jérémy

    Questin bête…c’est quoi la différence entre un site de CP et un blog communautaire…? Le fondement est plus ou moins le même j’imagine ? :/

  4. Jarvik (Auteur de l'article)

    Euh … je ne sais pas ce que tu entends par un blog communautaire. Aurais tu un exemple ?

    1. Jérémy

      Un blog où tout le monde peut publier son article après une inscription

  5. Jarvik (Auteur de l'article)

    Disons qu’un blog communautaire n’est pas forcément un site dédié à faire des liens pour le SEO. Il peut être parfaitement légitime. Si tu ouvres un blog de Cuisine où chacun peut publier ses recettes sans pouvoir placer des liens sortants, ce n’est pas un site de CP.

    Inversement un site de CP n’est pas forcément communautaire puisqu’il peut-être restreint à un petit nombre de personnes voire à une seule.

L'ajoût de commentaire est désormais suspendu.