Bilan de 8 années d’assurance vie

Depuis début 2007, je place tous les mois 100 euros sur un contrat d’assurance vie multi-supports. Ceci qu’il pleuve des grenouilles ou qu’il vente des goélands. Ce contrat est arrivé à sa maturité fiscale. C’est l’heure de lui tirer le portrait et de faire un bilan.

Quoi encore une nouvelle rubrique ?

Bob saysOn est bien d’accord que c’est un peu l’open bar des nouvelles rubriques. En même temps, sur ce blog tout neuf dont la ligne éditoriale est plus que folklorique, on aurait tort de s’en étonner.

Dans cette rubrique nommée Concrete Finance, on va parler évidemment d’indépendance financière, de stratégies d’investissements, de finances personnelles, de revenus passifs, d’argent bien ou mal placé, de gestion de patrimoine.. bref de tunes et de comment arrêter de marner pour des cacahuètes.

Dans ce domaine, je n’ai pas particulièrement aujourd’hui de conseils à vous donner, je retrace juste mon expérience personnelle. Vous en ferez ce que ça vous chante.

Pourquoi avoir investi dans une assurance vie ?

Les objectifs de départ pour cette stratégie d’investissement étaient clairs :

  • Constituer une ligne de capital par une épargne progressive (alimenté par un virement permanent) et pouvoir investir régulièrement à tous les niveaux de marché.
  • Ne pas trop se prendre le chou à gérer ce placement et éviter toutes les dérives psychologiques et le temps passé inutilement sur des tactiques financières de type day-trading ou swing-trading.
  • Tenter cependant d’avoir par un excellent rendement avec une allocation agressive sur des fonds assez spéculatifs

L’assurance vie se prêtait bien à ce type de sport.

Il a suffit d’ouvrir un compte sur une banque en ligne qui proposait de l’assurance vie avec des frais raisonnables et un large choix de fonds, mettre en place un prélèvement automatique depuis mon compte bancaire et faire en gros une petite analyse et ré-allocation des unités de valeurs tous les ans.

Le bilan de 8 ans d’investissement

Le bilan est assez décevant.

Montant total de l’investissement : 10 700 euros

Ce qui correspond à un investissement initial de 1 000 euros et 97 versements mensuels de 100 euros (8 ans et un mois)

Les plus values générées ont été d’environ 750 euros au bout de 8 ans. Soit un rendement global, 7% sur 8 ans. Là, on est même plus dans les cacahuètes, c’est plutôt de la cosse de pistache ou du fond de paquet de Curly.

Essayons d’évaluer un rendement annualisé :

Comme j’en aurais pour deux jours à monter un fichier excel avec les bonnes formules mathématiques permettant de définir le rendement annuel moyen de cet investissement, on va tricher un peu.

Ce simulateur d’épargne en ligne permet de calculer les intérêts générés par un placement à versements réguliers et intérêts annualisés.

Si on le fait fonctionner à l’envers, on trouve une approximation du taux de rendement cherché : il suffit de rentrer les données de départ et de faire varier le taux d’intérêt (ie le rendement). Quand on arrive à une « plus value » proche de la plus value réalisée, on saura qu’on a à peu près le rendement annuel moyen.

On est loin d’un vrai calcul de TRI mais ça me suffit largement.

Résultat de courses :

rendement-investissement-assurance-vie

On a donc un taux de rendement annuel moyen de l’ordre de 1.51% à 1.52%. C’est pas vraiment mieux que le livret A.

En fait, c’est même pire

Combien j’aurais gagné avec un livret A ?

Figurez-vous que le livret A n’a pas toujours été au taux pourri de 1% auquel il est aujourd’hui. Début 2007, quand j’ai commencé à investir, il était à 2.75%. Il est même monté à 4% en août 2008.

En se basant sur l’historique des taux du livret A, je me suis amusé à calculer ce que placement aurait pu rapporter sur un livret A. J’arrive à un capital total de 11 611 Euros soit 911 Euros de plus values.

C’est un juste peu mieux que ce qu’a effectivement généré ce placement.

Combien j’aurais gagné en fonds euros ?

Faisons maintenant la comparaison avec ce même investissement placé uniquement sur un fond euros. J’ai récupéré les datas des performances annuelles du fonds en Euros qui était associé à cette assurance vie et en l’injectant dans ma matrice excel, on arrive un capital final d’environ 12 695 euros, soit une plus value de 1995 euros par rapport au 10 700 euros investis, ce qui aurait été nettement mieux que les 750 euros réalisés.

En conclusion, ce n’était pas un très bon investissement puisque sur la période même le livret A fait mieux et qu’un placement classique en fonds euros lui aurait mis une cartouche.

Quelles leçons on en tire ?

Il y a pour moi plusieurs enseignements importants à tirer de ce bilan :

  • Les risques ne paient pas toujours : avoir une stratégie agressive (des fonds principalement axés sur les pays en voie de développement) n’est pas du tout garanti que même sur une période moyen terme (8 ans) on puisse faire mieux qu’un placement sécuritaire en bon père de famille type livret A ou fonds euros.
  • L’investissement progressif lisse le risque : Je pense en effet que d’investir mensuellement sur une période assez longue a permis aussi de limiter la casse. Au final, si on fait abstraction de l’inflation, je n’ai pas vraiment perdu d’argent et je suis content d’avoir capitalisé plus de 11 000 euros qui auraient très bien pu partir dans des dépenses courantes.
  • Attention aux frais : les changements d’allocations et les frais perçus (frais de gestion principalement) sur les fonds ont contribué à grever un résultat pas bien brillant.

Que faire avec 10 000 euros ?

Suite à ce bilan plutôt merdique, j’ai donc décidé faire un rachat partiel de 10 000 euros sur le capital généré pour l’investir ailleurs et de tenter de faire mieux que 1,51%. Je garde le contrat ouvert pour bénéficier de l’antériorité fiscale, mais avec des rendements décroissants des obligations, l’objectif est d’aller chercher une option d’investissement plus rentable.

J’ai déjà une idée assez concrète de ma stratégie mais je serais aussi curieux de savoir ce que vous feriez-vous avec 10 000 boules.